Parution du 9 Janvier

Si Vermelle m’était contée !

A quelques jours de son assemblée générale, l’Association pour la Protection de l’Eglise de Vermelle prépare d’ores et déjà la programmation d’une nouvelle saison. C’est à la petite église, écrin pour les expositions, concerts et conférences, qu’Isabelle Badin Rabilloud, historienne, porte toute son attention venant d’engager de nouvelles recherches. 

Eglise de vermelle

 

Eglise de Vermelle

Explications.

Pourquoi vous intéressez-vous aux origines de la chapelle de Vermelle ?

Le site de la chapelle de Vermelle rentre dans l’aire géographique du travail de ma thèse. Je pense également que l’association est méritante en faisant sortir de l’oubli et en protégeant cette chapelle située dans un site encore très proche de son origine.

Justement quelle est l’origine de cette église ?

Le site de la chapelle de  Vermelle  est intimement lié à l’histoire de la famille des De Rivoire de la Batie qui commence avec Arnaud de Rivoire de la Batie 1er  de la lignée (9ème siècle !). Arnaud est le fils d’un fermier enrichi, Jehan Rivoire, qui habite Les Eparres.  3 de ses fils sont chanoines à la cathédrale Saint-Maurice de Vienne en Isère: Arnaud, Hugoh et Oliivers*. A la suite d’un fait d’armes en 851, prenant faits et causes pour l’archevêque de Vienne, Arnaud  Rivoire est fait comte et prend le titre De Rivoire de la Batie. Le titre s’accompagne d’une jouissance de propriété d’environ 55 hectares de terre au lieu-dit appelé aujourd’hui  Vermelle. Vers 852, il décide la construction d’une motte castrale sur l’endroit le plus élevé de ses propriétés. Il choisit le site de  Vermelle  relativement escarpé par rapport à la plaine de  Nivolas-Vermelle et élève simultanément une tour castrale et une première petite chapelle en pierre sans clocher. Le tout dans une cour haute fermée par une enceinte. En décembre 922, Oliivers de Rivoire de la Batie rachète la Motte castrale et les terres en pleine propriété à l’Eglise de Vienne. Non seulement ce site est très ancien, mais il est occupé tout au long de son histoire par des religieux venant de différents monastères. En 1101, l’année de leur arrivée à Hautecombe, 6 moines viennent s’installer sur le site de Vermelle. En 1216, ils adoptent la règle de l’ordre des Antonins et dépendent de l’abbaye mère de Saint-Antoine-en-Viennois qui est un ordre hospitalier. Cette occupation par des ordres religieux se clôture lorsque l’ordre des Antonins quitte le site en décembre 1485.

*(le prénom Oliver s'écrit Oliivers dans certains textes du Moyen- Age avec 2 "i" et un "s").

Elisabeth badin rabilloud 1

Quelle en sera la restitution pour les journées du Patrimoine ?

Cette année encore je vais animer des visites guidées du site, mais l’association m’a également demandé de réaliser une conférence sur l’ensemble de mes recherches. Au-delà de cette recherche je souhaite que le travail  des chercheurs qui mettent en valeur le patrimoine historique de la région Rhône-Alpes soit repris par l’action des hommes politiques, que cette collaboration constructive permette une implication des populations locales sous forme de circuits touristiques, de mise en valeur des AOC et des patrimoines immatériels.

 Vespéral de 1824

 

 

Sur quelle période allez-vous travailler cette année ?

Si les sources manuscrites le permettent, jusqu’à la Révolution Française pour que l’histoire du site et de la chapelle sous l’ancien régime soit cohérente.

 

 

 

 

 Elisabeth Badin Rabilloud

 

 

 

 

 

Vesperal de 1824