Parution du 21 Novembre

Championnat du monde de Powerlifting

Frédéric Buttigieg champion du monde de Powerlifting

Frederic buttigieg champion du monde en moins de 100 kg 

Si la discipline est encore mal connue en France elle a déjà fait son entrée à la FSCF et plus spécialement au Comité Départemental du Dauphiné.

En effet, le Cercle des Powerlifters Français, présidé par Fréderic Buttigieg, dont le siège est à Colombe, organisait pour la 1ère fois en France le championnat du monde de la discipline à Voiron.

Une partie de la selection francaise fscf

La sélection française composée exclusivement d’athlètes licenciés FSCF s’est montrée très performante et il régnait au sein de cette équipe un bel esprit sportif mais aussi beaucoup d’entraide et d’amitié, « véritables  valeurs de l’Olympisme » pour le président. Un championnat du monde qui réunissait 80 athlètes issus de 10 nations. Durant 3 jours sur la scène de Tremplin Sport les compétiteurs se sont succédé dans les différentes catégories sans oublier les équipes féminines qui n’avaient rien à envier à leurs collègues masculins pour offrir un spectacle intense. Il y avait une belle ambiance dans les gradins pour un public de connaisseurs qui ne boudait pas son plaisir devant les prestations de tous ces compétiteurs prêts à en découdre pour obtenir le titre suprême.  

Une equipe de poids

Si la France est devenue vice-championne du Monde, c'est Fred Buttigieg, qui, à 50 ans, s’imposait encore une fois au finish, avec un bon squat, mais surtout, un très solide développé couché, sans défaillir au soulevé de terre remportant le titre mondial, admirablement bien coaché par les athlètes de l'équipe de France. Il remportait également le titre de Champion du Monde toutes catégories, open, du développé couché. Un championnat du monde organisé dans les règles de l’art et qui augure d’un bel avenir pour le club affilié FSCF avec ce nouveau titre mondial.

 

Qu’est ce que le powerlifting ?

C’est la force athlétique, considérée par certains comme une suite logique du mariage haltérophilie et bodybuilding ! Un sport qui fait appel aux qualités de vitesse et à la force maximale avec 3 mouvements spécifiques: le squat ou flexion des jambes, bien connu des adeptes de la musculation et des rugbymen, le développé couché et le soulevé de terre.

Une reconnaissance historique !

Les Nations Unies reconnaissent aujourd’hui l’autonomie du sport et du Comité International Olympique (CIO). Une reconnaissance entérinée par une résolution adoptée par consensus lors de la 69e session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York.

Le document stipule que l’Assemblée générale “appuie l’indépendance et l’autonomie du sport ainsi que la mission du Comité International Olympique, qui est de conduire le Mouvement olympique”.

Le président du CIO, Thomas Bach, avait souligné la nécessité de garantir l’autonomie du sport dans un discours prononcé devant l’Assemblée générale en novembre 2013 à New York : “Le sport est véritablement le seul domaine de l’existence humaine qui repose sur une loi universelle", avait-il déclaré alors. "Mais pour appliquer cette loi universelle, le sport doit jouir d’une autonomie exercée de manière responsable. La politique doit respecter cette autonomie du sport."

La résolution reconnaît le sport comme moyen de promouvoir l’éducation, la santé, le développement et la paix, et relève le rôle significatif du CIO et du Mouvement olympique pour réaliser ces objectifs.

Elle admet que “les grandes manifestations sportives internationales doivent être organisées dans un esprit de paix, de compréhension mutuelle, d’amitié et de tolérance, toute forme de discrimination étant exclue, et qu’il convient de respecter le caractère unificateur et conciliateur de ces manifestations.” Cela implique clairement que la participation pleine et entière de tous aux manifestations sportives est encouragée et qu’ainsi les boycottages sont incompatibles avec cet appel de l’ONU au respect des valeurs du sport.