Parution du 14 novembre

Marie Noëlle Cottalorda : Tout pour la gym !

 

C’est à 6 ans que la petite Marie Noëlle Cottalorda, Marino comme on la surnomme, découvre la gymnastique aux Pervenches en Savoie. Très tôt elle se lance dans l’encadrement et  entreprend à 16 ans son 1er stage de formation. C’est en région parisienne en 1982, alors qu’elle fait ses études de professeur d’éducation physique, qu’elle prend véritablement en charge une équipe de jeunes gymnastes. Plus tard, mutée en Isère, Marie Noëlle Cottalorda entre au Sporting club de Seyssuel assurant en 2007 la présidence par intérim. Une passion pour la gym mais aussi une découverte des valeurs de la FSCF qui l’amenée dès 1985 à intégrer la commission fédérale de gymnastique féminine dont elle assurera la présidence en 1999. Un parcours sportif mais aussi une vraie affaire de famille, Marie Noëlle et Luc son mari, ayant entrainé dans leur sillage les enfants qui aujourd’hui font aussi partie de cette belle aventure.

 Coupes fleurs et medailles pour les 2 equipes du sporting club

La gymnastique féminine en pleine forme !

Activité phare de la Fédération Sportive et Culturelle de France la gymnastique féminine ne connait pas la crise.  Marie Noelle Cottalorda, responsable de la commission nationale a bien voulu nous en dire plus sur une discipline qui tutoie les étoiles.

 

Quand la gymnastique féminine a – t- elle fait son apparition à  la FSCF ?

Crée en 1919 à Paris, le Rayon Sportif féminin est une des premières organisations fédérales du sport féminin en France qui revendiquait à la veille de la Seconde Guerre Mondiale 60.000 gymnastes. En 1940, l'administration du secrétariat à l'éducation générale de l'État français lui impose le rattachement à la Fédération Gymnastique et Sportive des Patronages de France dont il est déjà très proche. Cette fusion est pérennisée en 1945. Ladite fédération prend l'appellation de Fédération Sportive de France dès 1947, puis celle de Fédération sportive et culturelle de France en 1968.

 

Que représente aujourd’hui la gymnastique féminine au sein de la Fédé?

La gymnastique féminine est la plus grosse activité puisqu’elle regroupe 55.000 licenciés. C’est elle qui organise les plus grandes manifestations réunissant chaque année sur 2 weekends consécutifs 4000 gymnastes pour le championnat national par équipes de 8 à 12 athlètes. C’est aussi au niveau national l’organisation d’un championnat individuel mixte sans oublier les coupes nationales. La commission qui compte 20 membres a pour mission d’éditer et de surveiller l’application du programme fédéral de rédiger les mouvements imposés. Il faut organiser les formations et examens des cadres techniques et des juges, suivre les évolutions des activités liées à la gymnastique tout en étant à l’écoute des associations de nos Comités et de nos Ligues.

 

Quels sont les objectifs de la commission nationale pour cette saison.

Outre nos missions fondamentales cette mandature nous amène à mettre en place un projet autour du handicap et de la différence. Nous devons êtres attentifs aux envies de nos gymnastes en matière de compétitions et trouver de nouvelles activités. Enfin le pôle formation reste un des vecteurs essentiels pour notre développement. Il faut une réelle structure de formation juges-cadres par zone pour que chacune d’entre elles vive selon ses besoins. Nous voulons enfin être encore plus à l’écoute du terrain car c’est de là que tout commence.