Parution du 6 juin

 

Les Caligae : En avant marche !

 Direction l’Ardèche pour les Caligae de Diemoz avec une randonnée originale dans une nature sauvage autour de Chandolas, un charmant petit village de pierre dans la vallée du chassezac en Basse Cévenne ardéchoise.

Petite pause pour les caligae

Le samedi, c’est sous un soleil magnifique que les 14 marcheurs, emmenés par leur guide Claude, « un gars du pays », ont découvert les sentiers étroits et escarpés de cette vallée sauvage, durant une balade ou le groupe a longé aussi quelques falaises magnifiques ! Mais il semble que le spectacle en valait la peine. Une journée pour découvrir la flore très variée de ces lieux emblématiques. Une flore dont le guide vantait les vertus comme un inventaire à la Prévert, du thym à la sarriette, du faux baguenaudier à l’affilante de Montpellier et bien d’autres espèces encore… Le lendemain, allant de découverte en découverte, alors que certains faisaient une pause d’autres s’aventuraient jusqu’au dolmen du calvaire au dessus de Saint Alban d’Auriolles. Ce dolmen est une véritable nécropole et partie interne d’un tumulus d’une trentaine de dolmens recensés entre 5000 et 4000 ans avant JC. Jean Pierre et Mireille, à l’initiative de ce week-end recevaient les félicitations du groupe pour leur choix judicieux avant bien sur de repartir pour de nouvelles randonnées ou chacun trouvera encore…Caligae à son pied !

 Photo : Petite pause pour les Caligae

 

 

 

Les échalas dauphinois : Pour l’amour des vins et du terroir

 Invitée d’honneur des Saisons de Vermelle le 7 juin, la confrérie des Echalas dauphinois lancera les festivités de l’exposition « De la vigne et du vin... toute une histoire. Rien de plus normal puisque les membres de la confrérie ont tous en commun l’amour des vins et du terroir isérois.

Fondée en 1997 à Grenoble la confrérie a été officiellement intronisée en février 1998 à Saint Chef lors de la Saint Valentin par sa marraine la Compagnie de Savoie, baillage du Dauphiné. Elle a pour but de soutenir la viticulture iséroise et plus spécialement celle des Balmes dauphinoises maiLes echalas a chapeau cornus aussi de faire connaitre les richesses gastronomiques du département. Comme l’explique Anne Marie Martin, grand maitre épistolier, « à Bourgoin Jallieu nous célébrons tous les ans le retour des vendanges et à Grenoble, dans le quartier Saint Laurent, l’association a créé une vigne conservatoire de cépages anciens isérois et organise chaque automne une fête. Nos cérémonies tendent à mettre en valeur les produits locaux et leurs amateurs reconnus ».  Vêtus de leur cape aux couleurs du Dauphiné – bleu et or – avec à la main leur échalas – piquet servant de tuteur à la vigne – et autour du cou une clé symbolisant l’ouverture de l’esprit et… de la porte de la cave ils ont fière allure les Echalas dauphinois portant haut les couleurs et les traditions du terroir.

Rendez-vous samedi 7 Juin à 18h. Eglise de Vermelle. www.les-saisons-de-vermelle.fr

 

 

 

 

Conférence

 Le renouveau d’un cépage ancien : Le mècle de Bourgoin 

 

Passionné par les vieux cépages isérois Nicolas Gonin, œnologue viticulteur, Vice-président du Centre d’Ampélographie Alpine animera le jeudi 12 juin à 20h, dans le cadre des Saisons de Vermelle une conférence avec pour thème : « le renouveau d’un cépage ancien : le mècle de Bourgoin ».

A travers cette présentation il expliquera qu’il a pour objectif de  retrouver la quintessence de la vigne dans ses variétés, à travers la production de vins singuliers propres à leur terroir, de revaloriser le patrimoine que représentent ces cépages. « Ce cépage typique du Nord-Isère était cultivé avant-guerre entre Crémieu, Morestel, Bourgoin et la Tour du Pin uniquement »  explique Nicolas Gonin précisant que le mècle produit des rouges très solides, d'une couleur riche avec des degrés d'alcool limités. Donc assurément un cépage d'avenir... Un cépage considéré comme perdu cependant. Mais j'ai eu la chance dans mes prospections confie –t –il encore,  de retrouver 150 pieds, de les marquer, et de faire greffer à mon pépiniériste 3500 pieds environ en 2013 pour faire une plantation. Je serais le seul producteur, pour l'instant, de ce cépage ancien ». La conférence sera suivie d’une dégustation, à la rencontre de ce vigneron bio qui s’adresse à tous les passionnés de patrimoine viticole. Foyer municipal. Nivolas Vermelle. 20h. Entrée libre. Contact : Les saisons de Vermelle : 06 76 59 82 63

 

Nicolas gonin aime parler des cepages oublies

 

    

 

                     Photos :

 

                        Nicolas Gonin aime parler des cépages oubliés.