PARUTION DU 21 JUIN

Comité Départemental du Dauphiné

 

Page réalisée par Patricia Perry Tricoche

 

 

Lou Vigourettes : Un club au féminin

 

Faire la tournée des clubs du Comité Départemental du Dauphiné c’est découvrir, au-delà des activités sportives, des personnalités attachées aux valeurs de la FSCF dans la convivialité et l’ouverture aux autres.

L’association Lou Vigourettes, installée à Saint Sauveur depuis 2002, ne déroge pas à cette règle. Son titre à lui seul résume bien les objectifs fixés, subtil mélange de patois et de non conformisme, avec le sous entendu « je veux faire de la gym contre vents et marées et personne ne m’en empêchera » selon les dires même de la présidente Laurence Pezzutto. Il flotte d’ailleurs comme un petit air de Provence dans le village, à quelques encablures de la Drôme et du Vercors. Chaque semaine, une quarantaine de femmes poussent les portes de la salle d’évolution mise à disposition par la mairie pour venir se détendre. En effet, ici le maitre mot c’est bien profiter d’une heure d’entrainement pour soi, confirment à l’unisson, France et Corine membres du Bureau. Un club essentiellement au féminin. Si l’on questionne la présidente à ce sujet, sa réponse rappelle que l’on est en milieu rural et que les hommes, même s’ils font parfois d’autres sports, s’occupent des enfants pendant que madame est à sa gymnastique. Exemple à suivre ! Mais revenons tout de même au sport car avec ses cours d’énerg’gym, Lou Vigourettes a su s’adapter et se former. Et ce, grâce aux formations de la FSCF. Laurence Pezzutto qui a suivi tout le cursus a ainsi obtenu son CQP* une vraie reconnaissance pour son investissement mais aussi pour le club.  Au moment des cours ces dames retrouvent haltères, cerceaux, bâtons lestés ou non, ballon paille et step pour des séances à la motivation incontestable. L’esprit d’ouverture se retrouve aussi au moment des vacances scolaires car les responsables du petit club n’hésitent pas à inviter des sportifs d’horizons bien différents pour des cours de Taï chi, country, danse orientale ou même pilâtes et sophrologie. Une petite association qui a tout d’une grande en somme!

 

*Certification de qualification professionnelle

Photo : France Grangeon Corine Ibanez et Laurence Pezzutto

france-grangeon-corine-ibanez-et-laurence-pezzutto.jpg


logo.jpg


Comité Départemental du Dauphiné

 

 

Vous avez dit Pierre de Coubertin ?

 

Alors que l’on célèbre cette année le 150ème anniversaire de la naissance du Baron Pierre de Coubertin (1863 – 1937) la FSCF a interrogé entre autres Jonathan Collomb, jeune bénévole de La Cartusienne de Saint-Laurent-du-Pont, et Soleader, afin de savoir ce qu’il reste aujourd’hui de ce personnage emblématique.

« Le nom de Pierre de Coubertin me fait penser au gymnase dans lequel j’ai pratiqué la gymnastique petit. C’était à Voiron et le gymnase portait son nom. A l’époque je ne savais pas qui était ce personnage. Ce n’est que bien plus tard, en 2008, que j’ai entendu parler de lui pour la première fois lors d’une Unité de formation fédérale proposée par la FSCF. Je devais avoir 14 ou 15 ans. Ce n’est qu’à ce moment là que j’ai compris que Pierre de Coubertin avait été un personnage important dans l’histoire du sport. Laurence Munoz*, nous en a d’ailleurs reparlé récemment lors d’une conférence sur l’olympisme qu’elle a animée lors de la session d’engagement Soleader à laquelle j’ai participé … Aujourd’hui, ce personnage m’évoque 2 choses : le sport et les Jeux Olympiques. Le sport parce que, si je me souviens bien, c’est lui qui s’est battu pour qu’il y ait du sport dans les établissements scolaires… et les Jeux Olympiques, parce qu’il a rénové les jeux antiques en lançant ceux de l’ère moderne il y a plus d’un siècle. Même si je ne connais pas forcément toutes les valeurs qu’il a pu véhiculer à cette époque, j’ai conscience qu’il a été très important pour le mouvement sportif français et même mondial. »

Extrait : Revue officielle de la FSCF. Les Jeunes. Article : « Que reste-t-il du Baron Pierre de Coubertin ».

*Vice présidente de la FSCF en charge du développement durable, de la santé et de la solidarité.

 

Photo : Jonathan Collomb lors de l’échange franco allemand à l’occasion des 50 ans du traité de l’Elysée.

 

 

 jonathan-collomb-lors-de-l-change-franco-allemand-l-occasion-des-50-ans-du-trait-de-l-elys-e.jpg